2e jour: En route pour la terre de feu et de glace!!

<– Précédent

Nuit légèrement courte, mais on a pas trop mal dormi finalement. J’ai des sensations dans le genou gauche, je ne sais pas si c’est réel ou si je l’imagine… J’essaye de ne pas y penser. Avant de prendre l’avion, les bagages… On doit faire passer la bouffe que l’on a en plus! On a 19kg en supplément. Seulement 3kg de bouffe étrangère est autorisé… « Vous n’avez rien à déclarer? – Non rien du tout.. C’est donc 10 euros par kg supplémentaire », je vous laisse faire le calcul, ça pique! Enfin on s’y attendait un peu..

3 colis, 3 refuges

Après un voyage sans encombres (3h) pas une turbulence, on arrive à l’aéroport de Keflavik, on doit prendre un bus pour aller à Reykjavik. On gère bien, un bus part dans 3 minutes! On saute dedans et c’est parti pour 40 min à travers la péninsule de Reykjanes.

Arrivé à Reykjavik sous le soleil, à la station de Bus BSI, lieu important puisque c’est de là que part la plupart des bus pour les différentes parties du pays.

Première étape de cette journée: faire les colis et les envoyer! 3 colis: Drekki (Askja); Nyidalur et Landmanalaugar! On s’organise bien, toute la bouffe rentre dans les cartons! Je me dirige à l’intérieur de la station de bus pour l’envoi, je stress un peu car je sais que le colis pour Drekki risque de poser problème. En effet, il y a plusieurs compagnie de bus, or celle qui dessert le camp de Drekki n’est pas basé à Reykjavik. Aucun problème pour les deux autres mais on est obligé de garder celui de Drekki et de l’envoyer à partir de Akureyri, car ils ne sont pas sur qu’il arrive à temps… Il y a en effet peu de bus, même en pleine saison! (1 bus par jour voir tous les 2 jours sur certaines lignes). on recharge le colis dans nos sacs.

Deuxième étape: Pour des conditions de sécurité, il est conseillé de laisser itinéraire, photos et liste du matos au rangers de l’ile. On se pointe donc au centre, accueilli par un ranger bien en chair, tout est ok, tout est cool, je lui file tout ce qu’il faut.

Tracé sur la partie Nord. Carte au 1/250 000e


Portraits donnés aux rangers

On peut également louer un PLB (Personal Locator Beacons) qui permet d’être déclencher lorsque l’on a besoin d’une assistance.

Malheureusement, ils sont tous déjà loués Même si nous savons lire une carte, et que l’on sait utiliser une boussole, j’avais tout de même investi dans un GPS avant de partir, histoire de ne pas se pommer, j’avais rentré toute les positions des camps, et des campements sauvages. Tout le monde est rassuré. On peut partir sereinement!

Bon après s’être débarrassé des formalités administratives, direction le camping de Reykjavik, qui n’est pas à côté! C’est parti pour une bonne grosse demi heure, avec le colis en plus!

On se pose au camping, pénard, plein de monde, beaucoup de français (c’est que le début!) Puis on retourne au centre ville, pour se bouffer un bon gros burgers, faire les touristes. Il fait toujours beau, c’est magnifique!

L’église de Reykjavik

On doit récupérer Gaetan à la station BSI, il doit arriver vers minuit mais c’est à 2h qu’il débarque le coco, tout le monde est crevé, ca fait un bail que l’on a pas vraiment dormi… Taxi de la  station jusqu’au camping puis dodo pour 3h… Oui on repart le lendemain pour Akureyri, notre vol est à 9h!

Les rues de Reykjavik


Quartier Hippie

Suivant–>

Les commentaires sont fermés