Alta Via 2 – Etape 6: Castiglioni-Malga Ciapela

C’était bien de se faire une soirée que tous les 2 avec Géraldine. Ce n’est pas que j’apprécie pas leur compagnie, bien au contraire! Mais c’est sympa aussi de se retrouver que tous les 2. J’aime bien comment cela fonctionne entre notre couple et le leur. On fait le trek ensemble mais en même temps chacun fait selon ses envies, on n’est pas dépendant l’un de l’autre. C’est ce dont j’avais peur au début, faut l’avouer. J’aime être libre, on est sur la même longueur d’onde, Géraldine et moi. Rajouter 2 personnes dans l’équation, cela peut entraîner des difficultés, surtout si les niveaux et les envies sont différentes. Mais ce n’est pas ce qui s’est passé! On a, j’ai l’impression, les mêmes envies qu’eux et s’il faut se séparer un moment on ne se sent pas obliger de suivre. C’est vraiment idéal! Ça serait peut être différent si on était partis tous ensemble dès le départ… Enfin bref, des liens sont en train de se créer entre nous et c’est vraiment plaisant.

On part petit déjeuner au bord du lac  de Fedaia puis on traverse le barrage pour longer le lac sur une route abandonnée.

La trace en GPX:

Massif du Marmolada au matin

Massif du Marmolada au matin

Bivouac devant le Marmolada

Bivouac devant le Marmolada

Barrage du lago di fedaia

Barrage du lago di fedaia

Lago di Feadaia

Lago di Feadaia

La route n’est pas très intéressante et pas du tout technique… Mais ce n’est pas plus mal, c’est censé être une journée de repos. il y a qu’une dizaine de kilomètre pour atteindre Malga Ciapela.

Au bout du lac et selon la carte nous devrions suivre la route en lacet derrière les barrières de sécurité. Par chance, un kilomètre vertical a eu lieu récemment et il reste un single dans les prairies qui bordent la route, nous empruntons donc cette trace qui coupe en ligne droite la station de ski.

Sur le chemin, nous croisons une colonie de marmottes qui se mettent à siffler à notre passage! Trop mignonnes!

Marmotte en état d'alerte

Marmotte en état d’alerte

Un peu plus loin, notre regard est attiré par une grotte dans la paroi juste au dessus de nous. On se dit qu’on pourrait aller faire un tour, d’ailleurs il semble y avoir un sentier à proximité mais une fois devant le sentier, un écriteau nous informe qu’il est interdit de l’emprunter, que c’est risquer, que les amendes sont salées… On renonce… Je sais, si Jérémie avait été là, on aurait dormi dans la grotte, j’en suis sûr!

On continue de descendre au milieu des remontées mécaniques pour arriver à Malga Ciapela où il y a normalement un camping. On galère un peu à le trouver mais on se dit que l’on pourrait économiser cette nuit là en faisant un bivouac sauvage… On se pose pas loin, dans le lit d’un ruisseau avec des relents de toilettes, pas très glamour… je pars faire 2-3 courses pour se faire un ptit gueuleton au bord de l’eau. Fromage, charcuterie, bière, melon, pain.. Cela fait du bien après 5 jours de lyophilisé. On fait la lessive dans le ruisseau (avec de la lessive biodégradable je précise), on lit, on bronze on bulle… Puis il se met à pleuvoir… On se met à l’abri dans la forêt et on attends des nouvelles de nos compères… On attend… On attends… On finit par mettre la tente dans le lit du ruisseau, quand j’y repense, c’est franchement pas très malin de notre part… Une fois montée, ils nous appellent (normal;) ) et on les rejoint.

Repos dans le ruisseau qui sent les chiottes!

Repos dans le ruisseau qui sent les chiottes!

.

Ptit déj au bord de l'eau

Ptit déj au bord de l’eau

Avant de les rejoindre, on démonte la tente car ils ont trouvé un spot pas mal dans la forêt. Nous retrouvons nos deux amis et ils nous racontent leurs péripéties… Ils ont donc fait la VF et une fois arrivé en haut, il faut absolument prendre le téléphérique pour redescendre et c’est 20 balles!! Sandra craque, Jérémie ne cède pas. Le gardien lui dit qu’il y a un sentier mais qu’il est pour les « esperto » et que c’est dangereux et que c’est fermé mais il le laisse y a aller quand même…Dans le brouillard, trempé jusqu’aux os, sans cartes du coin, il chute dans un névé et se retrouve un paumé… Il réussi tant bien que mal à retrouver le chemin avec une bonne petite frayeur… Etant transit de froid, il vaudrait bien prendre une douche, on se dirige donc vers le camping où il part en prendre une en cachette. J’avoue qu’à ce moment là, je ne suis pas trop fan de sa manie à vouloir tout le temps gruger ou frauder des trucs, ça relève pas le niveau des Français… Je dois être trop honnête ou passez couillu, je sais pas 😉

On se prend une bonne pizza à la pizzeria du camping puis nous remontons en haut du village où ils ont passé la nuit la veille. Il pleut sans discontinuer depuis le milieu d’après midi, tout est trempé! On installe rapidement notre tente sous un arbre puis on se couche… La pluie tombera toute la nuit jusqu’au matin…

Récit du Trek

ETAPE 7

[sgpx gpx= »/wp-content/uploads/gpx/Tracé_01-AOU-15 110810.gpx »]

Galerie Photos

Les commentaires sont fermés