9e étape: Vizzavona – E Capanelle

Précédent

Ressenti de l’étape

  • Une étape sans plus, sentier plutôt plat, grosse chaleur et maux de ventre ont contribué à rendre cette étape sans grand intérêt… Explorer les environs de E Capanelle pour la cascade!

Après les arnaques de la veille, on a qu’une envie, c’est de se barrer de la civilisation et de se retrouver dans la nature, seul, enfin… autant que l’on peut? Réveil à 6h30, départ 7h45. La trace débute par un peu de macadam puis un sentier muletier jusqu’au col de la Bocca Palmentu, dépourvu d’arbres et avec une vue superbe sur la côte. La solitude aura été de courte durée, nous nous sommes fait doublés par un troupeau de pépettes qui arrêtaient pas de jacasser. Leurs rires et leurs conversations d’ingénues résonnent dans la vallée et nous troublent, enfin moi en particulier. On peut pas être pénard 5 min! Au col, c’est les grandes paroles chez les nanas, on est trop fortes, on a monté le col en 1h de moins que sur le bouquin… Bref, on discute avec le vieux corse, on prends des photos et l’on redescend fuyant la meute hurlante…

Route Forestière

Route Forestière

Bocca Palmentu et le monte d'Oro

Bocca Palmentu et le monte d’Oro

Bocca Palmentu vers l'Est

Bocca Palmentu vers l’Est

Le sentier se poursuit en courbes de niveaux, tantôt en forêt, tantôt à découvert, sans un grand intérêt… Le GR débouche sur les bergeries d’Alzeta où l’on s’approvisionne en eau.

Bergeries d'Alzeta

Bergeries d’Alzeta

On fait le plein

On fait le plein

Pendant que l’on se rafraîchit à l’ombre, les 3 « traileurs » qui mangeaient à côté de nous au restaurant nous rejoignent. Ce ne sont en fait pas des traileurs mais des randonneurs comme nous. L’un deux semble plutôt souffrant et mal en point. On se s’attarde pas et l’on repart. La suite est un vrai calvaire, non pas à cause de la difficulté du sentier mais à cause de nos troubles digestifs. On doit sans cesse s’écarter du chemin pour aller nous soulager de cette colique fulgurante qui nous prends à tous les deux. Qu’est-ce que l’on a pu manger?? C’est en lisant, plus tard, dans le Lonely Planet, qu’il ne faut surtout pas manger de Sanglier ou de Figatellu, pendant les mois d’été. Ces mets supportent mal la chaleur et sont consommés surtout en hiver. Il apparaît donc que la daube au sanglier de la veille nous porte sur les intestins…

Dans un lacet, on s’écarte du chemin pour aller s’abriter du soleil à l’ombre d’un rocher et au bord d’un ruisseau. On déguste un bon taboulé au poulet et l’on fait une petite sieste bien méritée! Les randonneurs, comme des moutons, s’engagent sur notre petite sortie de piste, ne regardant pas la signalétique qui est pourtant sur tous les pins que composent cette forêt…

Le sentier ensuite débouche sur une clairière en flanc de montagne où 3 chevaux et leur propriétaire se reposent. Le cadre est superbe et j’en profite pour immortaliser quelques instants de cette journée.

Clairière

Clairière

On repart quand la bande de nénéttes arrivent en s’exclamant qu’il y a des poneys sous les arbres… Quand je vous disais qu’elles étaient ingénues…Des Poneys…

On reprend le chemin jusqu’à tomber sur une route en bitume nous indiquant la proximité avec le refuge d’E Capanelle.

Il fait une chaleur à crever, il n’y a plus vraiment de place et l’on s’installe quasiment dans le passage. Les 3 randonneurs belges (les « traileurs ») arrivent, et je vais leur demander s’ils ne souffrent pas de maux de ventre étant donné qu’ils ont mangé la même chose que nous et que l’un d’eux était souffrant. Ils m’affirment qu’ils vont bien et que leur collègue souffre depuis le début du voyage. Très sympathiques et très courtois, ils m’offrent des médicaments anti-diarrhéiques. Je crois que cela nous as sauvé la fin de journée.

Le refuge d' E Capanelle

Le refuge d’ E Capanelle

Peu de places

Peu de places

Comme à notre habitude, on veut profiter de la journée et se reposer, si possible les pieds dans l’eau. La chaleur est insoutenable. Un type bodybuildé se baigne dans une espèce de retenue d’eau en bas du refuge mais le cadre ne fait pas rêver. On part donc à la recherche d’un coin plus isolé en descendant le lit du ruisseau. Il nous faut pas 10 min pour trouver un ptit coin sympathique où l’on peut se rafraîchir. Le ruisseau est un peu chamboulé, car il y a des travaux en amont et sur les côtés, il y a par conséquent du gravas et un peu de détritus, mais bon on a que ça alors on en profite! J’espère intérieurement que les toilettes du refuges ne se déversent pas dans le cours d’eau…

On bronze. On se détend. Et l’on remonte, se doucher et se préparer à manger! On se fait un petit apéro, Pietra Saucisson également! Ah oui, j’oubliai, le bivouac est seulement de 3€50, le moins cher du GR!

Après la douche, un bon repas!

Après la douche, un bon repas!

Géraldine, exténuée, part se coucher. Je profite du coucher de soleil pour gravir la montagne qui surplombe le bivouac. Je me poste face au Sud Ouest et prend quelques clichés de l’astre déclinant, tout en rédigeant mon journal de bord…

Couche de soleil, E capanelle

Coucher de soleil, E capanelle

Couche de soleil, E capanelle

Coucher de soleil, E capanelle

Couche de soleil, E capanelle

Coucher de soleil, E capanelle

Couche de soleil, E capanelle

Coucher de soleil, E capanelle

Couche de soleil, E capanelle

Coucher de soleil, E capanelle

L’étape

9e étape: Vizzavona - E Capanelle

9e étape: Vizzavona – E Capanelle

Suivant

La galerie Photo c’est par ici!!

Les commentaires sont fermés