4e jour: 1ère étape du trek: Reykjahlid – Sellandafjall

<– Précédent

Départ sous le soleil, pas un nuage et une température plus que clémente. Le départ officiel de notre trek est au sud du lac, à 10km par la route. On décide de faire du stop. Mêmes équipes, mais ce matin on est pas les seul et la route est plutôt déserte. Plutôt que de rester à cramer, on décide de partir et de faire du stop tout en marchant.

Stop à Reykjahlid

C’est parti pour 10 km de bitume… Pas très motivant! Surtout que l’on se fait doubler par de grosses voiture et camions.  Le lac Myvatn est réputé pour ses mouches, en effet on est assailli de toute part par ces saletés! Heureusement que l’on avait prévu les moustiquaire de tête, indispensables si l’on veut pas devenir fou!

Les 4 moustiquaires

Sur la route on passe près du Dimmuborgir, mais pas le temps d’y aller, dommage, une prochaine fois…
Bien sur, personne ne prend 4 personnes en stop et on l’on arrive enfin au début de la piste qui se dirige vers le sud, vers Skogar… On est déjà bien chaud, on arrive au bout de la piste entretenue, puis on trace hors piste dans un mélange de sable et lave le long de la rivière Kràkà.

Le début du trek, Sellandafjall au fond, notre but de la journée


Cairn et Sellandafjall (Cliquez sur l’image, elle est animée)

Premier désert, mélange de sable, de pierre, de graviers, facile

On s’y arrête d’ailleurs pour manger, prendre de l’eau et se tremper les pieds! il fait une chaleur pas possible, pas un souffle d’air, pas une perturbation à l’horizon… Je croyais que le temps en Islande était plus médiocre que ça!

Un bon repas lyophilisé au bord de la rivière, parfait!

Déjeuner au bord de la Kràkà


Le long de la Kràkà

Le but de la journée est de camper au pied du Sellandafjall, d’après la carte, il devrait y avoir de l’eau dans le coin. Mais au cours de la journée, bien que l’on ait longé la Kràkà, nous nous sommes légèrement éloigné de son lit pour se rapprocher de la montagne. Pas d’eau sur les flancs. Pourtant marqués sur la carte… Oui ces cours d’eau sont éphémères et dépendent fortement des conditions météos! On se rationne donc et on se pose au pied. Paysage somptueux. Toujours avide de découvrir les environs, je laisse mes compagnons pour partir à la recherche d’eau. J’ai remarqué aux jumelles, une mare. En effet, une mare avec quelques centimètre de flotte, dans un champs ou les moutons sont rois…pas terrible. je continue et je découvre à 900m de notre campement, un ruisseau où l’eau coule abondamment. Je remplis les bouteilles que j’avais prises avec moi et rentre victorieux! 🙂

La rivière cachée


Sellandafjall et son reflet dans la mare aux moutons

Auparavant, lorsque l’on s’est posé, une fille, Mélanie, est sortie de nulle part. Elle fait le même trek que nous mais elle allait faire demi tour puisqu’elle manquait d’eau… Finalement, avec le ruisseau que j’ai trouvé et le fait qu’on soit là, elle reste avec nous pour la soirée, et continuera son chemin demain. On l’a retrouvera aux prochaines étapes.

Campement au pied du Sellandafjall avec le Myvatnsheidi en fond


Profils et carte Reykjahlid – Sellandafjall

Galerie photos de l’étape (Photos supplémentaires):

Suivant –>

Les commentaires sont fermés