1ère étape: Calenzana – Ortu Di U Piobbu

Ressenti de l’étape

  • 1er jour, une ascension très dure mais faisable! Je pensais que le GR20 c’était du sentier en montagne! C’est parfois plutôt de l’escalade et j’en suis agréablement surpris! Des passages vraiment techniques nécessitant du sang froid et de la maîtrise! Rando en mode sport extrême, j’adore! Géraldine assure comme une bête en plus!

 

Après une nuit parfaite, réveil à 5h du matin. Petit déjeuner à l’aube, dans la pénombre. Au menu, muesli, lait en poudre, avoine, café et sucre. Il faut de l’énergie pour aborder les 1200 de D+ de l’étape!

Ptit déj

Ptit déj

Une fois les sacs faits, les camel back et les gourdes, on s’engage vers le GR20. On part avec beaucoup d’eau, 4 litres chacun!! Habitudes gardées de l’Islande où il y avait peu de précieux liquide sur le parcours. En Corse, c’est différent et on l’apprendra dès la 1ère étape. On remonte donc la rue pour accéder au sentier.

Le départ

Le départ

Première hésitation quand le groupe devant nous part à gauche alors que les flèches indiquent à droite. Moutons que l’on est, on les suit mais je me ravise, GPS à la main, et faisons demi tour! On atteint le début du GR, c’est parti!!

Le débit du GR 20 Nord

Le début du GR 20 Nord

Le sentier s’engage en lacets peu pentus vers le sommet. On traverse le maquis à travers quelques arbres feuillus et épineux. A l’abri du soleil, sur le versant ouest de la montagne, on monte aisément. Cela nous empêche pas d’avoir nos premières suées. Nous montons, lentement, mais surement. Phrase qui résonnera dans ma tête tout au long du trek. Je m’arrête souvent pour prendre des photos, les couleurs sont magnifiques à l’aube, d’autant plus que l’on a une vue superbe sur Calvi et la Méditerranée au loin. De fait, beaucoup de personnes nous doublent dès le début. Je me rappelle d’ailleurs de ce jeune homme au sac vert, tout transpirant, montant sans bâtons de marche, soufflant très fort. Je m’étais dis que à coté de lui j’étais frais comme un gardon. Il s’agissait de JB que l’on apprendra à connaître par la suite. Bref, tout le monde nous dépasse, nous voilà seul, ce n’est pas pour me déplaire…

Pause photo

Pause photo


Pause photo

Pause photo


Vallée de Calenzana

Vallée de Calenzana

Après avoir traversé, une petite forêt de conifère, on atteint la Bocca U Saltu. Traduisez Col pour Bocca. Le panorama est grandiose! On retrouve les deux larons, l’homme transpirant et son acolyte en train de prendre une pause déjà apparemment bien méritée

Vue sur Calvi

Vue sur Calvi


C'est marqué dessus

C’est marqué dessus

En passant le col, on se retrouve face au soleil et cela tape sévère! La chaleur est vraiment difficile à supporter! Le sentier se mue en escalade. Il n’y a plus vraiment de chemin, on essaye de grimper à travers les roches. Cela devient technique et plus intéressant, on n’a pas le droit à l’erreur!

Premier passage technique

Premier passage technique

Frais, on grimpe le passage comme des chamois et on atteint l’autre coté du versant en peu de temps. On aperçoit déjà le refuge! Il paraît si loin….

Le gite au loin

Le gite au loin


Pin Mort

Pin Mort

Il nous faut pas loin de 45 min pour rallier la zone de bivouac. Le site est magnifique! Le bivouac fait face à une vallée orientée vers l’ouest, cela promet un superbe coucher de soleil. On paye l’emplacement au gardien et l’on va s’installer sur les nombreuses places qui s’étalent le long du versant.

Bivouac Ortu Di U Piobbu

Bivouac Ortu Di U Piobbu

Arrivée assez tôt, on bulle toute la journée, bouquinant où on peut, à l’ombre si possible! Mais pas évident de trouver un coin de fraîcheur. Finalement, on se met derrière le gîte avec les chevaux du propriétaire qui se baladent librement dans les environs…

Des chevaux en liberté dans la zone de bivouac

Des chevaux en liberté dans la zone de bivouac


Ils cherchent l'ombre également!

Ils cherchent l’ombre également!

La fin d’après midi approchant, on redescend vers notre bivouac pour manger. Les chevaux en font autant et viennent saccager les sacs d’autres randonneurs. Les bêtes ont senti l’avoine et se régalent! Sur les 3 bourrins qui errent sur le campement, le blanc est le plus capricieux! Une randonneuse tente de mettre fin au festin, mais le cheval la gratifie d’un coup de sabot dans le thorax! Plus de peur que de mal, il semblerait que le bourrin n’ait pas porté le coup… Un autre randonneur, un peu plus belliqueux, se précipite pour sauver le reste des sacs en prétextant que ce ne sont pas des ours ou des bisons, faut leur crier dessus, chose qu’il fait mettant en déroute les chevaux…

Entre temps, un père et ses deux fils surgissent de la forêt et on perçoit dans la conversation qu’il entretient avec le gardien que la mère s’est foulée la cheville. Quelques heures plus tard, on verra la pauvre femme s’élever au dessus des montagnes et repartir vers la civilisation à bord de l’hélicoptère des secours.

Après le dîner, on descend dans la vallée pour profiter d’un coucher de soleil magnifique.

Coucher de Soleil depuis le Bivouac Ortu Di U Piobbu

Coucher de Soleil depuis le Bivouac Ortu Di U Piobbu


On lézarde au soleil?

On lézarde au soleil?


On profite...

On profite…


Coucher de Soleil Ortu Di U Piobbu

Coucher de Soleil Ortu Di U Piobbu


Sunshine

Sunshine

La fatigue nous assaille, on se réfugie sous notre tente pour une nuit de repos bien méritée.

L’Etape:

GE1

Suivant

GALERIE PHOTO:

Les commentaires sont fermés