Jour 1: Dunkerque-Calenzana

 Alors le vieux Corse se tourna vers nous et demanda:

  • “- Vous faîtes le GR 20 en entier?
  • – Oui, repondis-je
  • – C’est bien… Et vous allez aux Bergeries d’E Capanelle?
  • – Oui, il nous reste 2-3 heures de marche, on va prendre notre temps, il est encore tôt.”

Tout en regardant vers l’Est, les yeux plissés, scrutant l’horizon, le vieil homme répondit:

  • “- Oui… C’est bien… Il faut prendre le temps. Laissez les autres courir, ils s’arrêteront un jour.” 

Il marqua une pause, passa sa main sur sa barbe grisonnante et ajouta:

  • “- Il faut respecter la montagne, elles étaient là avant nous, elles seront là encore après nous…”

Puis il se tourna vers le Monte Renosu qui pointait au Nord, nous salua, et redescendit dans la vallée. Ses paroles, ses mots, m’interpellèrent tout de suite et faisaient écho avec les sentiments que j’éprouve face à la randonnée et au trekking.Prendre le temps, profiter du paysage, de la nature et laisser les endorphines de l’effort physique nous inonder…

Rencontre avec un Corse – 8e jour

Jour 1: Dunkerque-Calenzana

C’est le grand jour, le jour du départ! On l’attendait avec impatience! Hâte de voir le soleil, de changer de décor, de se vider l’esprit, de se ressourcer, bref, les vacances! On quitte notre belle région du Nord sous le soleil. Guillaume nous emmène bien gentiment jusqu’à l’aéroport de Lesquin, Lille. Encore merci pour nous avoir déposé!

Dans l'avion
Dans l’avion

Le départ est vers 10h, arrivée à Bastia vers 12h30. Le vol se passe sans encombre, on dort tout le voyage. Je suis plutôt serein, pas inquiet, pas de questionnement, beaucoup moins d’appréhension que pour l’Islande l’année dernière. Arrivée à l’aéroport, on attrape le bus qui nous emmène direct vers le centre ville de Bastia. Le 1er contact avec les autochtones a été plutôt froid, les hôtesses d’accueil qui m’ont gentiment envoyé balader lorsque je leur ai demandé un renseignement… Le chauffeur du bus, lui, paraît plus sympa. D’ailleurs, on rencontre un randonneur très gentil qui nous dit qu’il part le GR 20 du sud vers le nord, vraiment sympa, agréable! On devrait le croiser au cours de notre périble!!!

Arrivée à Bastia, il fait chaud, très chaud, mission trouver du gaz pour le camping gaz! Les rencontres agréables avec les Corses sont aléatoires , mais pour un début de séjour, c’est plutôt négatif, pas vraiment aimables, enfin bon, on reste que des touristes! En attendant de partir vers Calenzana, on prend un verre sur la grand place. Le serveur, pas un bonjour, pas un merci, pas un mot, et il nous jette, littéralement, l’addition sur la table…

Terrasse à Bastia

Ok… On se balade, on fait un peu les magasins, vite fait… On rentre d’ailleurs dans une bijouterie, bien sûr avec les gros sacs, en mode randonneur. Le propriétaire nous informe qu’il y a eu plusieurs hélitreuillages quelques jours auparavant sur le GR 20, des randonneurs mal renseignés, mal équipés, qui n’auraient pas tenu compte des consignes de sécurité. En effet de violents orages ont éclaté partout sur l’île avant que l’on arrive. Le Corse ajoute que c’est pas normal, que l’on dépense des sommes folles pour des inconscients, et qu’ils devraient payer.. Dans un sens, il n’a pas tord…

Au lieu de prendre le Train qui part plus tard, on opte pour le bus également, le chauffeur est super sympa, un vrai phénomène!

” Pour vous 25 euros, je vous emmène personnellement à Calenzana!!”

Sieste!
Sieste!
Sur la route
Sur la route

Ok, ca marche! C’est parti pour 2 heures de bus le long de la côte, en passant par Calvi! Côte déchirée, magnifique!  Après s’être arrêté à Calvi pour retirer du liquide, on arrive enfin à Calenzana, petite bourgade nichée au pied de la montagne. Nous nous en rendons pas compte tout de suite, mais toutes les personnes qui sont autour de nous, avec nous dans le bus et qui descendent au bivouac, toutes ces personnes inconnues seront nos compagnons de randonnée sur le GR 20…

Arrivée au Bivouac
Arrivée au Bivouac
Le bivouac de Calenzana
Le bivouac de Calenzana

Après un copieux repas à base de lyophilisés, on se couche, tôt. Demain c’est le début de l’aventure, 15 jours de marche…

Est-ce que l’on va le finir? Est-ce que mon genou va tenir? Est-ce que l’on va tenir physiquement? Est-ce que le temps sera clément? Est-ce que le Cirque de la Solitude est si terrible que ça?

Que de questions alors que l’on glisse doucement dans le sommeil…

SUIVANT

Les commentaires sont fermés